Excite

Le point sur l’allocation de parent isolé

En plus des différentes aides habituellement accordées aux familles, les parents qui élèvent seuls leurs enfants ont aussi droit à d’autres aides, dont l’allocation de parent isolé (API). Versée par la Caisse d’Allocations Familiales (CAF), cette allocation est destinée à apporter un certain revenu aux parents qui élèvent seuls un ou plusieurs enfants.

Qui peut bénéficier de l’API ?

Cette aide de l’État s’adresse à toute personne considérée comme un parent isolé. Voici donc les conditions à remplir pour bénéficier de cette aide :

  • Être divorcée, séparée (de droit ou de fait), divorcée ou célibataire.
  • Ne pas être lié par un PACS (pacte civil de solidarité).
  • Résider en France.
  • Être enceinte et avoir fait une déclaration de grossesse ou élever seule au moins un enfant de moins de 18 mois.
  • Justifier d’un niveau de ressources n’excédant pas le plafond garanti par cette aide.

Notons que le parent isolé peut très bien vivre dans sa famille tant qu’elle a la charge effective et permanente de son enfant.

Important : depuis juin 2009, l’allocation de parent isolé est remplacée par le revenu de solidarité active (RSA) pour parent isolé ou l’allocation de soutien familial (ASF).

RSA pour parent isolé

Le revenu de solidarité active remplace désormais l’allocation de parent isolé. Il est calculé selon la composition du foyer et le nombre d’enfants à charge. Vous pouvez estimer le montant de votre RSA sur le site officiel de la CAF.

L’ASF

L’allocation de soutien familial est versée sans condition de ressource au parent qui élève seul son enfant de moins de 20 ans, sans la moindre contribution financière de l’autre parent. Si ce dernier est décédé ou n’a pas reconnu l’enfant, l’aide est accessible automatiquement. Si en revanche, il est vivant, un examen du dossier est nécessaire avant l’attribution de l’allocation.

Calcul du montant de l’API

Le montant de l’allocation de parent isolé variait selon les ressources du bénéficiaire. Il correspondait à la différence entre le plafond de l’API et le total des ressources du parent (salaires, pensions alimentaires, prestations sociales, etc.). Pour une femme enceinte, la moyenne des revenus mensuels des trois derniers mois doit être inférieure à 583.83 euros. Cette somme est majorée de 194 euros pour chaque enfant à charge. NB : ces montants sont valables au 1er janvier 2009.

France - Excite Network Copyright ©1995 - 2017